Palmarès de la première édition du Prix Métiers d'art Suisse

Prix Maître artisan d'art Suisse - François Junod, automatier à Sainte-Croix

Une certitude : François Junod est né au bon endroit. A Sainte-Croix, pour tomber amoureux des automates, dans le pays des merveilles mécaniques. La magie de ses œuvres nait de la rencontre de l’art et de la technique, car aucun ne prime sur l’autre. Partant toujours de la sculpture à animer, la mécanique est conçue pour s’y cacher, afin de préserver un part de mystère. François Junod démontre qu’un savoir-faire très particulier et traditionnel trouve toujours autant de possibilité d’innover au 21ème siècle. Et que lorsqu’on présente son savoir-faire avec passion, à travers le monde, il est possible de vivre d’un artisanat de niche en Suisse.

Alexandre Pouchkine a inspiré à François Junod la créature mécanique la plus complexe qu’il ait réalisée, pour le moment, et jusqu’au prochain projet hors-normes qui viendra agiter son esprit créatif. Sous son costume de velours se logent quantité de pièces organisés pour animer sa main et son visage avec fluidité. Inlassablement, l’androïde écrit à la plume dans un belle écriture régulière un des 1459 poèmes qu’il compose aléatoirement et qu’il agrémente également de petits dessins. Contrairement à l’automate traditionnel, celui-ci n’écrit pas selon une séquence programmée, on ne peut donc pas prédire quel poème l’automate va écrire.


Prix Métiers d'art & Design Indosuez Award - Peter Fink, céramiste à Ependes et Josefina Munoz, designer à Genève

La collaboration entre le designer et l’artisan d’art est un dialogue qui permet l’exploration de nouvelles pistes, basé sur une curiosité commune pour les possibilités de la matière. Cette entente a réuni Peter Fink et Josefina Muñoz sur des projets communs depuis une première collaboration en 2015. Dès le départ, le dessin, l’intention du designer, réalisé en fonction des méthodes de l’artisan, est étudié soigneusement par les deux acteurs, afin d’assurer la faisabilité du projet et des objectifs communs.

Le point de départ du projet présenté est une surface craquelée que la designer découvre sur un objet lors de la première visite à l’atelier du céramiste en 2015. Un flacon sensuel en terre émaillée craquelée est né parce qu’ils ont posé un regard différent sur les surprises du passage au four. Après plusieurs essais, le duo découvre que selon la manière dont l’émail est composé et appliqué, il peut prendre l’apparence d’une matière très fine et régulière, jusqu’à devenir extrêmement craquelée.


Premier prix Relève métiers d'art - Lucas Bessard, fabricant de skis en bois à L'Isle

Le projet WOODSpirit de Lucas Bessard porte la dynamique des métiers d’art qui évoluent et perdurent, grâce à la relève incarnée par ces jeunes artisans qui repoussent les limites du métier traditionnel. Cet autodidacte a réuni sa passion du travail du bois et celle du ski alpin, pour fabriquer des skis sur mesure, entièrement à la main dans son atelier de l’Isle. Et la performance est au rendez-vous, ce sont des skis modernes et innovants technologiquement qui sont développés par Lucas Bessard avec d’intenses échanges avec son client. Il crée ainsi un pont entre des techniques de travail du bois traditionnelles, orientées vers l’artisanat et la marqueterie, et une utilisation fonctionnelle, moderne et innovante du produit fini.

Le design du Power of Nature est pensé de manière à symboliser la multitude de rencontres, d’intersections auxquelles des parcours de vie se croisent, donnant ainsi naissance à la création. Les lignes tracées par les découpes de différentes essences renvoient à ces trajectoires biographiques, tantôt parallèles, tantôt mêlées. La naissance et l’essor du projet artisanal de WOODSpirit est entièrement tributaire de cette multitude d’acteurs, de visions et d’expériences. En ce sens, le travail de Lucas Bessard est rendu possible par un vif esprit communautaire, porteur d’énergie et de croissance, que ce ski vient saluer.


Deuxième prix Relève Métiers d'art - Bertille Laguet, ferronnière d'art à Chexbres

Se saisir d’un mode d’expression artistique aussi exigeant et contraignant que le travail du métal forgé est la marque d’un parcours unique, guidé par la volonté d’une personnalité hors du commun. Bertille Laguet a su, lorsqu’elle est entrée dans la forge de Philippe Naegele à Chexbres, que le destin l’avait dirigée au bon endroit. Si le ferronnier a accepté de transmettre son savoir-faire et de former Bertille Laguet, c’est parce qu’il croit au potentiel du mariage entre artisanat et design. Le projet récompensé par le prix Relève Métiers d’art Suisse est un ouvrage complet et très exigeant, permettant à la ferronnière d’art de perfectionner sa technique, guidée par l’expérience de son maître.

Le couple de grives imaginé par Bertille Laguet sécurise la porte du nouveau musée NEST, à Vevey, empêchant le vent de s’engouffrer violemment dans les portes automatiques de l’entrée. Cette sculpture fonctionnelle représente deux grives dos à dos, qui retiennent les portes avec leur bec. L’ensemble du travail s’appuye sur la transformation de profils simples en formes complexes, réunissant plusieurs aspects du métier de ferronnier d’art : éléments forgés, soudés, meulés, sculptés, patinés et des détails délicats comme le plumage des oiseaux.


Dritter Preis Nachwuchstalent Kunsthandwerk - Marc Schweizer, Papierschnitt aus Zweisimmen

Im Alter von acht Jahren entdeckt Marc Schweizer durch seine Mutter die Leidenschaft für das Scherenschneiden. Die anfänglich eher traditionellen Motive ändern sich im Laufe der Zeit. Die Nähe zur Natur hatte immer schon einen grossen Einfluss. Sie dient als unerschöpfliche Ideenquelle. Hinzu kommen die teilweise mehrmonatigen Fernwanderungen. An Stelle eines schriftlichen Tagebuches lässt er seine Erlebnisse und Eindrücke in seine Bilder einfliessen. Seine zarte und perfekt symmetrische Arbeit erinnert an japanisches Kamon, aber er ersetzt Tinte und Kompass durch das Schneiden seines Papiers.

Die Elemente, wie man sie vom traditionellen Scherenschnitt her kennt, werden rein als grafische Elemente eingesetzt. Es geht nicht mehr darum, inhaltlich eine Geschichte zu erzählen. Viel mehr wird versucht mit Flächen und Formen eine ganzheitliche und harmonische Wirkung zu erzeugen. Die geometrischen Formen, die ausgewogene Verteilung von schwarzen und weissen Flächen, sowie die vertikale Symmetrieachse unterstützen dies. Hinzu kommt der sehr hohe Detailierungsgrad, welcher beim näheren Anschauen eine ganz neue Ebene der Betrachtung eröffnet. Einige Ausschnitte sind so schmal, dass nicht einmal mehr ein Haar hindurch passt. Es ist einerseits die grafische Qualität, anderseits das handwerkliche Geschick, welches dem Bild seine einzigartige Ausstrahlung verleiht.

fr